FrançaisItaliano EnglishFrançaisDeutschEspañol
  Antonio Maria Berardi
Photographer
Bookmark and Share  





Antonio Maria Berardi

 

Url web:


Mon nom est Antonio Maria Berardi, mais tout le monde m'appeler Antonello.
Est né le 8 juillet 1960 à Melfi, une petite ville dans le sud de l'Italie, mais depuis l'âge de trois ans et que j'habite à Potenza, la capitale de la Basilicate.
Je suis photographe amateur, professionnel, je travaille sur une autre.
Je suis un avocat et propriétaire d'un petit cabinet et un professeur de droit à l'école secondaire en deuxième année, propriétaire du poste de professeur à la le.P.S.S.E.O. « Umberto Di Pasca » du Potenza.
Je suis marié à Tiziana.
J'ai d'autres passe-temps en dehors de la photographie ; dans mon temps libre j'aime voyager, lire, aller voile, cuisine.
Comme un garçon, j'étais moniteur de voile et skipper, dans le même temps, que je suis engagé dans des associations de volontariat et catholiques.

La vie de mon photographe amateur se compose de quatre phases distinctes :

En onze ans, à ma demande, j'ai reçu mon premier instamatic de kodak, une machine simple et beau qui a pris contact avec le monde de la photographie une génération entière.
C'est un petit compact fixé accent avec un boulon à ressort avec un temps d'exposition de 1/120 de seconde, mais avec la possibilité de réglage de l'ouverture.
Adopté des solutions innovantes pour l'époque, comme le chargeur plastique intégrant la forme du film « 126 » ou le légendaire « cuboflash ».
Je suis en train de restaurer, et j'espère pouvoir publier quelques photos prises lors de nombreux voyages avec mes parents.

À dix-sept ans j'achetais un olympus OM-1 avec un objectif de 50 mm., suivie d'une lentille de 28 mm. Soligor, un doubleur de focale, un objectif de 300 mm. Tamron et surtout un Durst agrandisseur a.s. avec tous les accessoires pour le développement et l'impression de photographies.
Les temps mythiques après-midi fermé à la tombée de la nuit dans la chambre noire, autosmaltante, papier et fixation liquide maintenu en bouteilles recouvertes de papier journal de polarisant filtre, diapositives, quand a également passé quinze jours à compter du moment où, avec la presse, il a enfin vu le résultat.

Vingt-quatre ans, qu'est devenu un instructeur de voile et skipper. Je devait réduire considérablement mon matériel photographique, limité à un imperméable compact de Canon, puis à Minolta watermatic, un petit 35 mm. fixe l'objectif et sans aucun ajustement du calendrier et du diaphragme, mais avec une double focale (50 et 100 mm) sous l'eau jusqu'à 5 m. Je suis donc réussi à document plusieurs croisières sur la Côte d'azur, Corse, Costa Smeralda, l'archipel toscan, Cyclades, ionienne, Sporades, sud de la Turquie, petites Antilles, obtenir des photos incroyablement bien gérés, même face à l'insuffisance des moyens utilisés.

Puis soudain, comme souvent arrive, passé quarante ans que j'ai réalisé et qui a été longtemps que j'avais cessé de photographier.
Pendant ce temps, le monde a changé.
Je l'ai acheté pour une puissance de Canon tiré de 2 MP, j'ai été approché dans le monde de la photographie numérique, puis un pont : un Fuji de 6 MP et même récemment, un compact : un Samsung W960 avec un 18 x zoom optique et un objectif grand angle de 28 mm. avec qui je laisse la maison chaque matin.
Vrai amateur utilisent de l'équipement essentiel, pas du tout sophistiqué.
En post-production ne pas utiliser Photoshop et ne s'appliquent pas à un traitement spécial, mais les photographies à l'aide de Picture Manager, qui est un utilitaire gratuit de bureau.
Mes interventions se limitent à redresser des images, des images de la culture, en effet sur la luminosité, le contraste et la couleur saturation pour retourner à la photographie numérique, le caractère naturel ce format JPEG a enlevé l'image réelle.
Je me considère comme un photographe généraliste, photographe, tout autour de moi, je suis curieux de savoir et je pense que par le biais de mes photos je finissent par faire une image de moi-même.
Il y a quelques mois, j'ai commencé à publier mes photos sur le site et j'ai donc commencé à 500px de partager ma passion avec des centaines d'amis qui vous remercie de votre attention que j'ai réservé.
M'excite l'idée à suivre sur une base quotidienne et de suivre autant de personnes dans le monde entier indépendamment de tout de la politique, de religion, de culture, mais partage les valeurs de fraternité authentique exclusivement positives.
Pour cela, j'ai collectionné avec enthousiasme l'invitation qui m'a demandé de publier mes photos sur Street Urban.
J'espère être à la hauteur de la nouvelle aventure commence.


   



   


 

Bookmark and Share